Aïkido Traditionnel Chaponost

Le Dojo

Le dojo est littéralement le lieu où l’on étudie la voie d’un professeur, ou “maître”. Son rôle est essentiel, il est garant de l’enseignement qui y est dispensé. Il ne peut donc pas y avoir plusieurs maîtres dans un même dojo.

Le Maître

Les cours sont placés sous la responsabilité de Romain Cosentino :

Gamin pas franchement bagarreur, j’ai débuté l’aïkido en 1996 et je me souviens avoir été enthousiasmé par l’approche tout à fait singulière de cette discipline dans le paysage des arts martiaux et des sports de combats, ou en tout cas de l’idée que je pouvais m’en faire. Aujourd’hui encore, je ne crois pas qu’il existe une autre discipline capable de porter avec tant d’ardeur cet idéal de non opposition, cette volonté de faire triompher l’unité dans un rapport à priori dualitaire.

Les différents professeurs que j’ai pu avoir poursuivaient tous cet idéal à leur façon. Enfant, j’ai fait mes premiers pas dans cet art auprès de Michel Cayuela, dont le dojo était affilié à la FFAAA. Adolescent, je fus l’élève de Roberto Montserra, dont le dojo était affilié à la FFAB. L’histoire complexe de l’aïkido français explique la multiplication des courants, des fédérations et des écoles, ainsi que l’origine des querelles intestines qui ne lui font pas honneur. Depuis mon arrivée à Lyon en 2011, je suis élève de Marie Burdin, au sein de l’EPA-ISTA.

L’EPA-ISTA n’est pas une fédération, c’est une école indépendante qui s’efforce de préserver le fonctionnement traditionnel d’un dojo. On y diffuse l’enseignement d’Alain Peyrache, son fondateur (Soké) et référent technique (Shihan). Il fut élève de Tamura Senseï durant 30 ans, et demeure d’une fidélité sans faille à une conception orientale de l’enseignement, que l’on pourrait caractériser par son approche plus globale qu’analytique et qui repose sur les relations maître-disciple et sempaï-kohaï. Alain Peyrache a l’art et la manière de ramener la technique à la plus simple expression des quelques lois fondamentales qui régissent notre discipline. En évitant ainsi l’écueil de la collection d’images, il forme le jugement de ses élèves en leur apprenant à maîtriser ce qui, à terme, leur permettra d’être autonomes sur la voie tracée par le fondateur de l’Aïkido.

Au dojo de Chaponost, je m’attache à transmettre avec la plus grande modestie et la plus grande rigueur l’enseignement du fondateur de l’Aïkido, tel qu’il est parvenu jusqu’à moi.

Organisation physique d'un Dojo

Déroulement d'un cours

Avant le début du cours, les élèves montent sur le tatami et s’installent en seïza (à genoux, orteils à plat) face au kamiza (mur d’honneur). Le professeur est le dernier à monter sur le tapis et le premier à le quitter. Les cours devant impérativement commencer à l’heure, c’est un élève qui débute la préparation en cas de retard du professeur.

Après le salut qui marque le début du cours d’Aïkido, on fait une préparation de dix à quinze minutes. Si des échauffements musculaires et articulatoires en font évidemment partie, cette préparation a une visée plus large.

Pendant le cours, diverses formes de travail sont possibles : à genoux, debout, face à un seul adversaire ou face à plusieurs, à mains nues ou avec des armes (sabre, bâton, ou couteau de bois)…

À la fin du cours, chacun reprend sa place au shimoza pour procéder à un salut de fin de cours.

Envie d'essayer ?

Poussez la porte du dojo pour un cours d'essai gratuit !
Adresse

Locaux du Cercle Wushu 69 
Zone des Troques, Chaponost

Horaire des cours

12h30-13h30
Tous les Lundi et Jeudi

NOUS CONTACTER

06 38 44 22 90